Bienvenue

Dernières actualités

Cet hiver, avec le bon équipement, le vélo, c’est tout le temps !

La période hivernale est particulière pour les cyclistes, souvent pressentie comme une saison inconfortable : pluie, froid, nuit et sentiment d’insécurité. Qu’en est-il dans la réalité ? Voici quelques conseils pour passer de l’été à l’hiver sur votre vélo en toute sérénité.

Pendant la période hivernale 2014-2015, la Vélostation et l’association Roue Libre vous conseillent et vous proposent d’essayer des équipements adaptés pour le cycliste et son vélo.

Lieu : place du palais de Justice à Chambéry

> mardi 14 octobre de 16h à 19h
> mercredi 22 octobre de 11h à 14h
> jeudi 30 octobre de 7h à 10h
> mercredi 5 novembre de 15h à 18h
> vendredi 14 novembre de  16h à 19h
> lundi 17 novembre de 7h à 10h
> mardi 25 novembre de 11h à 14h
> mercredi 3 décembre de 15h à 18h
> mercredi 7 janvier de 15h à 18h
> mercredi 4 février de 15h à 18h

Profitez de ces occasions pour participer aux tirages au sort et gagnez des cadeaux !

Règlement du concours ici

Trois soirées sont également proposées  : ateliers de fabrication de couvre-selle, garde-boue et échanges d’expériences

Lieu : Vélobricolade Roue Libre, 58 rue Fodéré, Chambéry

De 18h à 20h

> mardi 14 octobre
> mercredi 5 novembre
> mercredi 3 décembre

  • La pluie, ça mouille … combien de fois par an ? En moyenne il ne pleut que 4 % du temps à Chambéry, soit une possibilité sur 20 de rencontrer la pluie sur un trajet de 12 minutes (environ 3 km à vélo).
  • Le froid n’est pas à prendre à la légère, mais comme pour la pluie, combien de jours par an nécessitent réellement un suréquipement ? La température moyenne sur la journée n’est négative que 20 jours par an.
  • Le manque d’ensoleillement : les cyclistes y sont particulièrement sensibles. La grisaille du matin, ou la perspective d’une averse dans la journée est un frein puissant à la pratique du vélo. Pourtant, la probabilité de se faire mouiller est très faible. Alors, lancez-vous !

A contrario, lorsqu’il fait très chaud, la transpiration peut venir gâcher le plaisir. Veillez à adapter votre effort : vous serez plus à l’aise en arrivant au travail qu’après un trajet dans un habitacle qui a chauffé au soleil.

Le buste : gérer l’humidité et la chaleur 
Adoptez une cape de pluie de couleur vive, spécifiquement conçue pour un usage cycliste.  Il en existe avec élastiques, pour maintenir la cape sur le guidon, ou avec manches, pour une prise au vent moindre. La cape de pluie a aussi l’intérêt d’être naturellement aérée car ouverte Ou une veste étanche et « respirante », plus ajustée, pour une meilleure aisance des mouvements, en complément d’un pantalon de pluie. Choisissez plusieurs petites « couches » sous la veste, car en pédalant ça chauffe, même lorsqu’il fait froid. Ainsi, vous pourrez adapter les épaisseurs en fonction de l’effort à fournir.

La tête : avec ou sans casque ?
Avec, vous pouvez vous munir d’un sur-casque, protégeant de l’humidité. Une visière adaptée à votre casque peut être utile pour éviter les projections, gouttes de pluie et neige dans les yeux. Sans casque, vous avez le choix entre chapeau, casquette ou parapluie, à l’italienne !  La tête est une source importante de déperdition  de chaleur (environ 20 %). Les jours de froid,  avec ou sans casque, n’hésitez pas à mettre  un bandeau ou un bonnet fin.

Les jambes : pantalon ou pas ?
Avec une cape de pluie, vous n’aurez pas besoin de protection pour les jambes, celles-ci sont déjà au sec. Avec un pantalon de pluie ou un sur-pantalon, il est préférable de choisir un matériau imperméable et « respirant », plus coûteux mais beaucoup plus confortable.

Les mains et les pieds : c’est primordial

  • Choisissez des gants coupe-vent pour garder la chaleur et assez fins pour une bonne préhension. Autre solution, installez des manchons sur votre guidon
  • Optez pour des guêtres ou des sur-chaussures.

Etre vu : le gilet jaune est obligatoire de nuit hors agglomération, et recommandé en ville. Les serre-pantalons réfléchissant sont recommandés : à droite éventuellement pour protéger votre pantalon des salissures,  à gauche pour la visibilité.

> Les éclairages sont obligatoires pour voir et être vu :

  • un phare avant blanc (ou jaune), un rouge à l’arrière ;
  • un catadioptre avant blanc (ou jaune), un rouge à l’arrière ;
  • des réflecteurs visibles latéralement (ou pneus à flancs réfléchissants) ;
  • des réflecteurs de pédales.

> Le garde-boue : l’accessoire indispensable ! Il en existe des modèles clipsables, ou d’autres à laisser à demeure sur votre vélo.

Vérifiez toujours les éléments de sécurité de votre vélo : état des pneus, freins, dérailleur… pour des déplacements en toute sérénité.
Par temps de neige et de verglas, préférez les transports en commun. Si néanmoins, vous utilisez le vélo : anticipez le freinage, évitez les mouvements brusques et gardez vos distances par rapport aux autres véhicules.